Le blog des éditions Libertalia

1 | ... | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | ... | 143 |

Un détail inutile ?

vendredi 26 avril 2013 :: Permalien

Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées, 1794
Jean-Clément Martin
Vendémiaire, 2013, 154 pages, 16 €

Outre le fait d’avoir été guillotineuse, la Révolution fut-elle « tanneuse » ? Les membres du Comité de salut public ont-ils porté des culottes de peau humaine lors de la fête de l’Être suprême ? Une tannerie humaine secrète a-t-elle été mise en place par la Terreur au château de Meudon ? L’écorchement des Vendéens relevait-il d’une pratique encouragée par les autorités ? Autant de questions sensibles car aptes à renforcer la « légende noire » de la Révolution. Ce livre stimulant a un horizon politique affirmé et constitue un clair exemple de méthode.

Jean-Clément Martin commence par étudier la construction des rumeurs, nées lors des luttes de pouvoir de Thermidor puis perpétuées au xixe siècle sous la plume de quelques historiens contre-révolutionnaires. Il s’intéresse ensuite aux faits eux-mêmes. Oui, quelques peaux humaines ont été exceptionnellement tannées par des révolutionnaires, et non par la Révolution elle-même. Refusant l’effet de sidération que pourrait produire ce détail d’une horreur gothique, JC Martin restitue ses pratiques dans une longue durée anthropologique (ce passage est un peu trop rapidement mené, seule critique à ce livre) puis dans la situation précise de la fin du xviiie siècle. Or, si l’écorchement des « corps vils » est une pratique sociale (scientifique, judiciaire, guerrière) prégnante à la veille de la Révolution, elle devient marginale au xixe siècle. La période révolutionnaire est celle d’une profonde mutation des sensibilités. Les atteintes inutiles aux corps choquent de plus en plus, et la seule vue du sang commence à poser problème. En d’autres termes, les très rares révolutionnaires tanneurs sont presque anachroniques aux moments de leurs actes ; ne sont en aucun cas soutenus par des autorités qui, évidemment, n’ont pas créé des tanneries secrètes de peaux humaines ; et opèrent toujours dans une situation précise : la guerre à outrance, qui favorise ces exactions.

Il n’est donc pas question ici de nier ces actes isolés – ce qui reviendrait à substituer une « légende dorée » à la « légende noire » – mais de les rendre intelligibles en les rendant à leurs temps successifs et emboîtés, en articulant la durée intense des épreuves de la Première République, celle des guerres révolutionnaires et impériales, celle aussi de la violence répressive des états modernes à partir du xviie siècle dont hérite la Révolution ; celle enfin de la construction des mémoires au xixe siècle. Ainsi inscrite dans la longue durée des atteintes mutilantes aux corps, la Révolution n’apparaît pas plus violente que son temps. Et pourtant, si ses exactions sont ressassées, celles de Napoléon sont presque effacées des mémoires. Ne reste que la gloire d’une France conquérante, tableau nationaliste que vient à peine troubler la force des images de Goya.

Un livre à conseiller à ceux qui veulent mieux comprendre les liens entre histoire et mémoire, mieux saisir la Révolution, mieux répliquer aussi aux images d’Épinal droitières. C’est ce qu’exprime la remarquable conclusion qui, à partir d’un détail pas si inutile que ça, offre une belle mise en perspective de la période révolutionnaire et impériale : « Napoléon n’était à tout prendre qu’un Alexandre, catalysant des énergies à son profit. Les révolutionnaires ont, sans le vouloir, libéré des forces qui ont échappé à tout contrôle, remodelé ce qui était déjà là pour projeter des structures inattendues. […] La Révolution, c’est ce moment où l’humanité s’est dépouillée. »

Éric Fournier

Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire

lundi 18 mars 2013 :: Permalien

Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire
Dominique Kalifa
Seuil, 2013

Ce qui marque d’emblée à la lecture du dernier livre de Dominique Kalifa lorsqu’il entraîne le lecteur dans les bas-fonds du XIXe siècle, c’est la clarté et la fluidité du style et de la trame. Cet historien reconnu, dont les séminaires et les articles savants peuvent être très pointus, montre ici sa capacité à rendre accessible à un plus large public possible la synthèse d’un vaste chantier universitaire de plusieurs années. Au-delà de cette écriture exemplaire qui pourrait justifier à elle seule, à mon sens, la recension de cet ouvrage ici, rayonne un bel objet : ces fameux bas-fonds, véritable enfer social où chutent les rebuts de l’humanité industrielle ; décors édifiants de tous les récits de crimes et d’émeutes, où se mêlent invariablement la misère, le crime et le vice. Ces images évocatrices ont longtemps semblé aller de soi, tant la misère urbaine était une réalité indubitable. Mais Dominique Kalifa déconstruit avec force cette évidence et débusque les mécanismes qui président à la construction d’un imaginaire social.

Dans toute l’Europe, les bas-fonds français, mais aussi l’underworld anglais ou son pendant allemand l’unterwelt, surgissent sous la plume conjuguées de romanciers, de policiers ou d’enquêteurs sociaux. Il en résulte un fort effet de réel et personne ne remet en cause l’existence effective de ce qui n’est, rappelle avec force ce livre, qu’un imaginaire social historiquement situé dont on peut suivre la création, l’expansion et la fin. La diffusion de ce thème est telle qu’il influence jusqu’aux regards de Marx et Engels lorsqu’ils croient déceler l’existence d’un lumpenproletariat, dont on sait aujourd’hui qu’il est tout aussi imaginaire que les bas-fonds. Une autre réussite du livre montre comment cet enfer urbain entre en résonance avec les représentations coloniales. En Angleterre, un récit d’exploration du « dark continent » peut ainsi emmener le lecteur indifféremment à Whitechapel ou aux sources du Nil. En France, les « Mohicans de Paris », effraient les lecteurs.

Cet imaginaire qui ne reflète pas – ou si peu – le monde social peut cependant finir par l’influencer, à travers les pratiques policières, les politiques urbaines, les œuvres philanthropiques, mais aussi les riches touristes en mal de sensations (telle est à l’origine la « tournée des grands ducs »). Autant d’actes guidés par la volonté de résorber ou de maîtriser les bas-fonds et qui influencent concrètement l’existence des quartiers populaires. En étudiant de façon stimulante comment les représentations et la matérialité sociale interagissent, Dominique Kalifa rappelle qu’un imaginaire n’est pas qu’un fantasme insignifiant mais constitue bien un ressort d’action sur le monde.
Le livre s’achève, peut-être un peu trop rapidement, par la disparition des bas-fonds, terrassés après la Seconde Guerre mondiale par l’État-providence qui rend ces discours anachroniques. Mais la thématique de la « classe dangereuse », des « barbares de l’intérieur » n’a pas entièrement disparu de nos jours, comme l’attestent les productions des « marchands de peur » (voir le livre de Mathieu Rigouste) dont les procédés discursifs empruntent encore à celui des bas-fonds.

Un thème haut en couleurs et politiquement signifiant, une analyse et une écriture limpides. Un livre utile et agréable donc. Que demander de plus ?

Éric Fournier

CQFD, une autre Zone à défendre (ZAD)

lundi 11 février 2013 :: Permalien

Dix ans, toutes ses dents mais plus un rond !
Il lance un appel pour rassembler 100 000 euros….

« Il reste 217 dollars dans les caisses de l’État zimbabwéen », annonçait récemment le site d’informations d’un journal de banquier. Voilà qui nous situe à peu près sur l’échelle globalisée de la fortune : CQFD est aussi riche, à quelques dizaines de dollars près, que le trésor public du Zimbabwe. Les sous qui nous restent ne suffiront même pas à payer l’impression du prochain numéro. Si nous vivions dans un monde raisonnable, les Zimbabwéens se la couleraient douce, les banquiers feraient la manche au feu rouge et CQFD triompherait. Mais nous vivons dans un monde déraisonnable où les flibustiers de la presse libre crèvent la gueule ouverte. CQFD, qui ouvre la sienne depuis dix ans, risque bien cette fois de devoir la fermer, et pour de bon.

En mai 2003, quand nous avons lancé notre premier numéro depuis la tanière marseillaise qui nous sert de vaisseau amiral, nous étions raisonnablement convaincus de ne pas faire de vieux os. Notre idée, c’était de faire le journal qu’on avait envie de lire, un journal sans chefs ni patrons, sans comptes à rendre ni bailleurs à cajoler, un canard d’expression directe pour les insoumis chroniques, les passe-frontières têtus, les aventuriers des minima sociaux, les déserteurs du marché salarial, les artistes de la grève, les bricoleurs de solidarités épiques, les réfractaires à l’ordre des choses. Une équipée collective de débrouillards impécunieux mais gourmands d’utopies, une exploration sociale menée au rire et à la sueur contre les vents dominants. Forcément, un tel journal n’était pas fait pour durer. Dix ans plus tard, pourtant, on est toujours là. Certains ont quitté le navire, d’autres sont montés à bord. On a bravé le mal de mer, le scorbut et les requins. On a tangué, on a morflé, on a tenu bon. On a vu du pays, tissé des réseaux, élaboré un savoir-faire, perfectionné l’art de produire un journal exigeant avec des bouts de ficelle et de belles rencontres. Bref, on y a pris goût. C’est vous dire qu’on n’a pas l’intention de lâcher l’affaire.

Mais, pour que l’aventure continue, on a besoin de vous. Et surtout de vos euros ! Oui, amis lecteurs fidèles ou épisodiques, compagnons d’escale ou camarades au long cours, vous avez bien entendu : le sort de CQFD est suspendu à vos poches, aussi dégarnies ou trouées soient-elles – et, peuchère, elles le sont vraisemblablement autant que les nôtres…

Comment une publication aussi rodée à la mouscaille en arrive-t-elle à la pénible extrémité d’appeler ses lecteurs à la rescousse ? Le cri de détresse pour journal sur la paille va-t-il devenir un genre à part, une discipline enseignée dans les écoles de journalisme, avec ses figures de style et ses trémolos savamment dosés ? Pourquoi la « crise de la presse », cette crise d’affairistes vaniteux et pleurnichards, ébranle-t-elle aussi à des degrés divers la quasi-totalité des journaux non marchands, dits « petits » ou « alternatifs », CQFD parmi tant d’autres ?

Il y a plusieurs explications. La première tient à la démobilisation des lecteurs. Depuis notre campagne d’abonnements de 2008, le nombre de nos abonnés n’a cessé de s’effriter, passant de quatre mille à deux mille en cinq ans. Nos ventes en kiosques ont suivi une pente à peine moins rude, avec deux mille exemplaires écoulés aujourd’hui contre trois mille en 2008. Imputable sans doute aux effets cumulés de la lassitude, des fins de mois longues et difficiles et d’une désaffection générale pour la presse papier, cette dégringolade s’avère d’autant plus funeste pour nous que CQFD – encore heureux ! – ne dispose d’aucune ressource publicitaire, capitalistique ou népotique. À la différence d’une feuille moribonde comme Libération, qui peut toujours se blottir dans le giron moelleux d’un Rothschild, biberonner les subventions publiques (2,9 millions d’euros en 2012 [Source : la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC). À noter que le quotidien d’extrême droite Présent bénéficie lui aussi de cette manne étatique, avec une subvention de 227 000 euros en 2012.]) ou éditer un sac à pubs en guise de supplément, le mensuel au chien rouge ne peut compter que sur ses lecteurs. Plus précisément : ses lecteurs payants. Car l’audience de CQFD s’étend évidemment bien au-delà de son carré de fidèles solvables, grâce à ses abonnements gratuits pour les détenus et, surtout, à la mise en ligne gracieuse de ses articles sur son site Internet, auprès duquel des foules innombrables viennent avidement s’abreuver chaque mois. Et c’est très bien comme ça. Mais ce serait mieux encore si nos lecteurs sur écran franchissaient le pas jusqu’au kiosque, au bulletin d’abonnement ou à la bibliothèque municipale, au besoin pour exiger haut et fort que CQFD s’y trouve en bonne place, et en plusieurs exemplaires, s’il vous plaît.

La raréfaction des lecteurs « papier » n’a pas qu’une incidence économique. Elle assèche aussi le terreau social dans lequel un journal comme le nôtre puise sa force. C’est parce que ses exemplaires circulent de main en main que CQFD peut multiplier les rencontres stimulantes, obtenir des informations, s’ouvrir des pistes, être là quand ça chauffe, se faire engueuler, trouver de quoi réfléchir, parler, agir, écrire, dessiner, photographier. C’est pour ça qu’on y tient, à notre version papier : pas question de se recroqueviller sur Internet, outil oh combien précieux mais qui dématérialise et finalement dévitalise le rapport d’un journal à sa matière organique. Sans compter que le vacarme des imprimeries et l’odeur du papier, nous, on aime bien.

Seulement le papier coûte cher, de plus en plus cher. L’encre, les rotatives, tous les coûts de fabrication : hors de prix. Et puis, il y a Presstalis. Le géant de la distribution de presse en France, qui taille à grands coups de serpe dans ses effectifs et impose aux kiosquiers des conditions de vente si retorses qu’elles clochardisent littéralement toute une profession. La « crise de la presse » a bon dos. Les ventes s’effondrent, d’accord, mais la faute à qui ? Outre l’indigence de l’immense majorité des publications dont les Unes malodorantes dégueulent au nez du piéton, la stratégie d’étouffement appliquée aux titres à faible tirage rend de moins en moins attractif le détour par le marchand de journaux. Le cas de CQFD est parlant. En vertu d’une politique commerciale consistant à évincer les petits pour donner encore plus de place aux gros, Presstalis « répercute » sur nous une avalanche de frais dont les modes de calcul écœureraient un capo de la mafia new-yorkaise. Il y a deux ans, nos ventes en kiosques nous assuraient une recette astronomique de deux milles euros par mois, de quoi couvrir les frais d’impression du numéro suivant. Aujourd’hui, à volume égal, ces ventes ne nous rapportent plus que six cents euros. Même pour nous, c’est peu. Quand tous les canards indépendants auront été virés du circuit, quand les kiosques auront été remplacés par des boutiques Relay exclusivement dédiées aux programmes télé, aux DVD sous blister, aux cours de la Bourse, au péril islamique, aux régimes minceur et aux éditos de Christophe Barbier, sûr que la presse française aura fait un grand pas vers la « sortie de crise ».

D’autres facteurs concourent à notre débine actuelle. L’affaiblissement temporaire des mobilisations sociales se traduit mécaniquement par une chute des ventes militantes, lesquelles, à d’autres périodes, nous revigoraient en petite monnaie et bons moments. Si on ajoute à cela la suspension des regrettées éditions du Chien rouge et des revenus annexes tirés de la vente de nos livres, la faillite de notre diffuseur en librairies, Court-Circuit (huit mille euros dans la vue), et les coups de mou qui résultent inévitablement d’une pareille série rose, on comprendra que nos coffres sonnent creux.

Pour nous renflouer à un niveau opérationnel, il nous faut réunir cent mille euros (oui, 100 000 euros). Pour relancer la machine, repartir à l’abordage et éditer de nouveaux livres. C’est jouable avec seulement quelques milliers de chèques de cinq, dix, vingt euros... Par ici la monnaie, souquez les euros ! Abonnez-vous si ce n’est déjà fait. Réabonnez-vous si vous hésitez encore. Incitez vos cousins, vos frangines, vos voisins de comptoir et vos compagnons de bordée à faire de même. Nous comptons sur vous. Gros comme une maison que votre élan de solidarité va encore nous saboter notre droit à la paresse pour les dix prochaines années !

- www.cqfd-journal.org

CQFD

La Domination policière. Une violence industrielle

jeudi 7 février 2013 :: Permalien

La Domination policière. Une violence industrielle.
Mathieu Rigouste,
La Fabrique, 2012, 258 pages, 15 €.

Pour rédiger cet ouvrage de synthèse sur la police française, Mathieu Rigouste a eu recours à deux sources principales : les témoignages de terrain, recueillis auprès des « damnés de l’intérieur » (ceux qui subissent l’ordre sécuritaire) et les Mémoires ou autres récits nostalgiques et complaisants rédigés par d’anciens flics. À cette matière première s’ajoutent bien évidemment les recherches entreprises précédemment pour la rédaction de L’Ennemi intérieur (La Découverte, 2009) et Les Marchands de peur (Libertalia, 2011).

Cinq chapitres et 450 notes de bas de pages plus tard, on sort de la lecture particulièrement sonné. En dépit de quelques redites et d’une phraséologie anti-impérialiste trop appuyée, le nouvel opus de Mathieu Rigouste est solide et vaut d’être lu attentivement. Mêlant les registres (sociologie de l’émancipation, géographie critique, philosophie politique, manuel de résistance), cet essai démontre que le capitalisme sécuritaire se porte bien : les populations paupérisées sont de plus en plus ségrégées et reléguées spatialement, humiliées par une police qui pratique « l’enférocement » en s’appuyant de façon croissante sur les brigades anti-criminalité (BAC) qui tuent et mutilent en quasi-impunité. Avec force exemples, l’auteur décrypte la mentalité policière et démontre que les commandos policiers sont d’une grande rentabilité symbolique et financière pour l’État et le marché de la coercition. Il dissipe l’illusion d’une police humaniste : « Alors que la gauche de gouvernement se concentre sur la fabrication de polices d’occupation et sur l’augmentation des effectifs en tant que “service public”, la droite a plutôt tendance à étendre les polices de choc en favorisant le développement des technologies et la productivité policière. » En conclusion, « l’auto-organisation des opprimés face à la domination policière est une question de survie pour les quartiers populaires et leurs habitants ».

Le ventre est encore fécond…

lundi 21 janvier 2013 :: Permalien

Jeudi 17 janvier 2013, Dominique Vidal présentait son ouvrage Le Ventre est encore fécond à la librairie Tropiques (Paris, 14e). Nous lui avons demandé de remettre en forme ses notes, afin de faire profiter les lecteurs du blog de cette intervention, qui constitue une approche synthétique de son livre paru en novembre 2012.

- Voir aussi : la vidéo de l’intervention sur DailyMotion.

Le ventre est encore fécond…

La plupart des livres que j’ai écrits depuis 28 ans portent sur le Proche-Orient. Pourquoi en avoir consacré un aux extrêmes droites européennes ? D’abord parce que les Editions Libertalia me l’ont proposé. Mais aussi et surtout parce que la percée du Front national en France et de nombre de ses « partis frères » en Europe inquiète profondément le citoyen que je suis.

Marine Le Pen a certes perdu 1 % par rapport au cumul des pourcentages de son père et de Bruno Mégret en 2002, mais elle a recueilli – du fait d’une participation beaucoup plus massive – près d’un million de voix de plus. En outre, qualité rime avec quantité : selon les sondages « sortie d’urnes » sur lesquels les laboratoires de Sciences Po ont travaillé, elle a rassemblé 33 % des votes ouvriers, 23 % des votes employés, 23 % des moins de 35 ans et 30 % des non-titulaires du bac. Ces chiffres confirment la poussée du Front national dans l’électorat populaire non abstentionniste.

Or il ne s’agit pas d’un phénomène seulement français : il touche aussi nombre de nos voisins européens. Au total, lors des élections européennes de 2009 ou des législatives tenues depuis, les extrêmes droites ont frôlé ou dépassé 10 % dans 15 pays du continent : l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Lituanie, la Norvège, les Pays-Bas, la Russie, la Serbie, la Suisse et la Turquie. Dans six autres pays, elles ont franchi – ou presque – la barre des 5 % : la Croatie, la Lettonie, la Roumanie, la Royaume-Uni, la Slovaquie et la Suède.

À l’exception notable d’Aube dorée en Grèce, les partis qui percent le plus ne sont pas des mouvements néofascistes ou néonazis traditionnels, qui ne réalisent que des scores électoraux réduits – même lorsqu’ils ont certaine influence et sont capables de graves violences, comme c’est le cas, par exemple, en Allemagne fédérale.

En revanche, les formations qui ont entrepris une mutation de leur discours et de leur image pour s’adapter aux attentes de l’électorat et rompre le cordon sanitaire érigé autour d’elles en ont souvent bénéficié électoralement. C’est vrai d’un ovni comme le Parti pour la liberté héritier de la Liste Pym Fortuyn aux Pays-Bas. C’est vrai aussi de vieux partis conservateurs ou agrariens modernisés comme le Parti du progrès du Danemark ou celui des Vrais Finlandais.

Pionniers de ces mutations, Jörg Haider et son Parti de la liberté FPÖ parviennent à leurs fins en Autriche en 1999 : avec 27 % des voix, ils talonnent les socialistes et dépassent les conservateurs, dont le chef, Wolfgang Schüssel, leur offre quelques portefeuilles ministériels. Habile, cette tactique sème la zizanie entre tendances d’extrême droite rivales, qui se déchirent en 2005. 

À l’inverse de son homologie autrichien, l’Italien Gianfranco Fini coupe très tôt le cordon ombilical qui le reliait à son passé néofasciste. Son flirt avec Silvio Berlusconi accélère la transformation, dès 1994, du Mouvement social italien (MSI) en Alliance nationale (AN), prélude à la création, inédite dans l’histoire italienne, d’un parti de droite « à l’européenne », à cheval entre les traditions populaires de la Démocratie chrétienne allemande et du parti gaulliste français.

Elle aussi convaincue de la nécessité d’une modernisation qui ouvrirait au Front national les portes du pouvoir, via une alliance avec une partie de la droite traditionnelle, Marine Le Pen rêve d’être un Fini fidèle… aux convictions de Haider. Contrairement au portrait complaisant esquissé d’elle par les médias, elle n’a pas inventé la mixture si particulière de socialisme, de nationalisme et d’islamophobie qu’elle sert aux Français depuis son élection à la présidence du Front national.

Pour s’en convaincre, il suffit de relire l’allocution de son père à la fête de Jeanne d’Arc du 1er mai 2010 : « Marine me disait l’autre jour, à propos de ce discours “Jaurès et pas Thorez !” Et pourquoi pas ?! Avant que le Parti communiste français et les syndicats n’eussent trahi les ouvriers en acceptant la mondialisation et l’Europe et en devenant immigrationnistes, Georges Marchais ne réclamait-il pas son arrêt immédiat et ne défendait-il pas le “Produisons français” ? » Et Jean-Marie Le Pen d’enfoncer le clou : « Il avait raison, comme nous avions raison. Et pourquoi ne pas le dire : cette gauche là, qui vit encore, celle de la défense des opprimés, des exploités, des petits patrons, des petits fonctionnaires, des petits paysans, est certainement plus éloignée de la gauche américaine des Strauss-Kahn et des Aubry que de nous [Voir www.frontnational.com/?p=4708#more-4708] ! »

Au-delà des spécificités de chaque pays, plusieurs points communs forment le terreau de cette poussée des extrêmes droites :

- D’abord les conséquences de la crise. Comment oublier qu’après les « Trente Glorieuses », nous avons vécu les « Trente Douloureuses » ? Comme Claude Dubar le souligne dans La Crise des identités [Claude Dubar, La Crise des identités. L’interprétation d’une mutation, PUF, « Le lien social », Paris, 2010, p. 166-169], rappelant les travaux de Michel Verret, les licenciements, le chômage et les retraites forcées provoquent souvent une « crise morale ». Ceux qui se sont « vus ainsi niés, humiliés, exclus du travail, “jetés” » éprouvent alors un « ébranlement de croyances vitales ». Aux pertes matérielles s’ajoutent « des perturbations relationnelles et un changement de la subjectivité » qui « touchent à ce qu’il y a de plus profond et de plus intime dans son rapport au monde, mais aussi à soi ». Ces secousses sont « identitaires » parce qu’elles perturbent l’« estime de soi ». D’où une souffrance « impossible à supporter », qui engendre un « repli sur soi » dans lequel ne subsiste que l’identité « primitive », issue des « liens “primaires”, familiaux, communautaires ». Voilà comment peut surgir ou resurgir « l’Autre, l’ennemi (ou le traître) de ma communauté, de mon groupe culturel, symbolique ou humanitaire : le bouc émissaire ».
- Le second point commun, c’est donc le racisme. À l’Est, celui-ci vise surtout les Juifs et les Tsiganes. À l’Ouest, il se focalise sur les musulmans. Tour à tour, l’affaire Merrah, la campagne électorale présidentielle et la bataille interne pour la présidence de l’UMP ont montré le niveau sans précédent atteint en France par l’islamophobie. Il en va hélas de même dans la plupart des États d’Europe occidentale.
- Au-delà, la xénophobie propre à cette mouvance est évidemment inséparable de l’hostilité à l’Europe et à la mondialisation. D’où une forte tentation de repli sur la nation, considérée comme une forteresse hors du monde, à laquelle répond la proposition du Front national et de plusieurs de ses partis frères de sortir de l’euro.
- À toutes ces conséquences de la crise s’ajoute l’incapacité de la gauche comme de la droite de lui apporter des solutions. Le Front national peut ainsi se présenter comme la seule force qui n’a jamais été au pouvoir, face à l’« UMPS » - ce que Jean-Marie Le Pen appelait la « bande des quatre » quand le Parti communiste français était encore un grand parti.
- Tout cela permet à sa fille de réaliser ce qu’on pourrait appeler le « rassemblement des cocus » : ceux du mitterrandisme comme du chiraquisme, du jospinisme comme du sarkozysme – et, demain, du « hollandisme » ?

Là se trouve peut-être la racine fondamentale de l’actuelle poussée des extrêmes droites : dans la manipulation des doutes et des peurs que suscite, à travers de très larges secteurs de nos sociétés, la « mise en flottement » des identités. L’expression est du sociologue Patrick Michel, directeur du Centre Maurice Halbwachs. L’exemple de la religion permet de mesurer l’ampleur de ce « flou » :

- des enquêtes récentes indiquent que 44 % des Français sondés affirment ne pas croire en Dieu, soit 24 % de plus qu’en 1947 [Voir www.ifop.com/media/poll/1479-1-study_file.pdf]. Et, même parmi les 51 % des Français qui se déclarent catholiques, seuls 52 % assurent… croire en Dieu !
- Ce bouleversement en cours dépasse évidemment le seul domaine religieux : il touche à toutes les autres dimensions – biologique, psychologique, relationnelle, sexuelle, professionnelle, culturelle, politique, idéologique, etc. – qui dessinent le profil de chacun de nous. Tous ces « marqueurs d’identité » sont devenus flous : genre, sexualité, génération, appartenance nationale, statut professionnel, sensibilité politique, croyance, etc.
- Sinon, comment interpréter la coïncidence entre le déclin des idéologies, des grandes Églises, des partis politiques et des syndicats, mais aussi, simultanément, la banalisation du divorce, l’acceptation de l’homosexualité, la multiplication des « modèles » de famille, etc. ? Chacun se trouve en mouvement dans tous les aspects de sa vie et se définit donc moins par des étiquettes que par son itinéraire propre.

Cette réalité nous offre – si nous nous en donnons les moyens – la liberté de reconstruire et de nous reconstruire, mais elle peut aussi, faute de points de repères solides, nous rendre victime de toutes sortes de manipulations. C’est exactement le sens du lifting du Front national opéré par Marine Le Pen. Aux attentes d’un électorat désabusé, orphelin de la gauche comme de la droite, le FN et ses partis frères proposent un cocktail de cinq discours :

- un discours anticapitaliste, qu’ils tiennent au nom des ouvriers, des employés, des artisans et commerçants, bref des « petits » ;
- un discours nationaliste, hostile à l’UE comme à la mondialisation ;
- un discours raciste, ciblant les musulmans et même l’islam en tant que tel ;
- ajoutons au passage que le virage des extrêmes droites européennes de l’antisémitisme à l’islamophobie a souvent transformé leur tropisme philo-arabe en soutien à Israël – lequel a même reçu en décembre 2010 une délégation de 35 dirigeants des extrêmes droites européennes, dont le Néerlandais Gert Wilders qui est allé haranguer les habitants d’une colonie juive de Cisjordanie afin qu’ils restent au premier rang du combat contre l’islam ;
- et enfin un discours libéral au sens anglo-saxon du terme, prônant les droits des minorités, y compris des homosexuels – d’où le « couac » de la manifestation contre le mariage pour tous, Marine Le Pen se retrouvant coincée entre sa base catholique intégriste et ses efforts en direction des homosexuels.

Si les extrêmes droites européennes ne progressent pas uniformément, si elles connaissent même des revers (comme récemment aux Pays-Bas et en Norvège), la tendance est globalement à la hausse, souvent rapide.

L’Europe serait-elle revenue aux années 1920 et 1930 ? Poser la question, c’est y répondre : aucun de nos États ne risque la prise et la monopolisation du pouvoir par un parti totalitaire, version Marche sur Rome de Mussolini ou lâche renoncement de la droite de Weimar devant l’ascension de Hitler. Et ni une guerre mondiale ni encore moins un génocide ne s’annoncent à nos portes.
Si la comparaison des situations historiques se révèle d’évidence absurde, celle des discours ne l’est pas. Marine Le Pen et ses homologues européens n’ont pas inventé la « potion magique » qu’il nous servent : socialisme et nationalisme mêlés renvoient non seulement aux partis fasciste et nazi, mais aussi à la tradition de l’extrême droite française. Laquelle, on ne saurait l’oublier, bénéficia du ralliement de transfuges, tels le communiste Jacques Doriot, qui mourut sous l’uniforme SS, et le socialiste Marcel Déat, dont la carrière de ministre de Vichy s’acheva à Sigmaringen, après avoir été tous deux piliers collaboration.

À la différence de leurs (récents) aïeux, les extrêmes droites mutantes rêvent, non de s’emparer seules du pouvoir, mais de conquérir l’hégémonie dans nos sociétés civiles pour conduire tout ou partie des droites dites « républicaines » à s’allier avec elles. En France, le développement de la « droite populaire », la campagne de Jean-François Coppé pour la présidence de l’UMP et le ralliement de certains intellectuels venus de la gauche, voire de l’ultragauche montrent que, le jour venu, le Front national ne manquera pas de partenaires possibles.

Les extrêmes droites européennes feraient-elles du gramscisme sans le savoir ? Dans ses Carnets de prison [Gramsci dans le texte, Éditions sociales, Paris, 1975], le théoricien marxiste Antonio Gramsci écrivait : l’État « n’est que la tranchée avancée de la bourgeoisie, derrière laquelle se trouve un système de casemates (appareils d’État de contrôle, culture, information, école, formes de la tradition) qui excluent la possibilité d’une stratégie d’assaut, puisqu’elles doivent être conquises une à la fois. C’est pourquoi une guerre de positions est nécessaire, c’est-à-dire une stratégie dirigée vers la conquête des différents et successifs niveaux de la société civile »…

« Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde » : ainsi se conclut la pièce de Bertolt Brecht intitulée La Résistible ascension d’Arturo Ui. Comme celle du gangster de la pièce, comme celle de leurs aïeux, l’ascension des extrêmes droites européennes n’est certainement pas irréversible. A condition qu’on les combatte efficacement.

Mon rôle d’historien et de journaliste s’arrête là. Il ne me revient pas de dire comment cette bataille doit être menée. J’ai juste une certitude : la petite main, le « touche pas à mon pote » ne suffisent pas. Au-delà du terrain moral, il importe de répondre au quotidien, sur le terrain, aux questions que se posent les centaines de milliers de nouveaux électeurs gagnés par les extrêmes droites, en France comme chez nos voisins. Afin de leur redonner une perspective d’issue à la crise.

Pour l’instant, en France, je crains que Marine Le Pen ne soit la principale bénéficiaire de la politique menée par le gouvernement depuis huit mois comme de la radicalisation de la droite confirmée par la bataille pour la présidence de l’UMP…

Merci de votre attention !

Dominique Vidal, historien et journaliste, collaborateur du Monde diplomatique.

1 | ... | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | ... | 143 |